MSU Agricultural Economics  Research > Food Security III > Policy Syntheses > No. 46F

SERVICES D'INFORMATION DE MARCHE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE L'AGRO- BUSINESS ET LA CROISSANCE ECONOMIQUE DURABLE AU MALI

par

Niama Nango Dembélé et John M. Staatz

To view this document in Adobe Acrobat format (73 Kb)

Accord de Coopération Sécurité Alimentaire II entre l'USAID, Bureau Global, Centre de la Croissance Economique et du Développement Agricole, Office de l'Agriculture et de la Sécurité Alimentaire et le Département d'Economie Agricole de Michigan State University

PROBLÉMATIQUE : Le système d'information du marché (SIM) a été mis en place en 1989 dans le cadre des politiques de libéralisation des prix et des marchés agricoles. Les objectifs assignés au SIM sont de contribuer à la régulation du marché céréalier et à l'amélioration de la gestion des politiques de sécurité alimentaire à travers la collecte, l'analyse et la diffusion d'informations fiables, pertinentes et actuelles auprès des acteurs du secteur privé et des décideurs politiques. La réalisation de ces objectifs a exigé la mise en place d'un dispositif de réseau d'enquête, d'une infrastructure de transmission et de traitement rapides des données et de personnel compétent.

Les investissements de l'USAID ont joué un rôle essentiel dans la création du dispositif opérationnel du SIM à travers l'Accord de Coopération entre l'USAID et le projet de Sécurité Alimentaire de Michigan State University. Cet accord de coopération a fournit une assistance technique clé dans la conceptualisation et la création du SIM, des formations à court et à long terme au personnel malien et l'infrastructure informatique nécessaire. Aujourd'hui, le dispositif du SIM est considéré comme une réussite technique de par la fiabilité et la régularité des informations diffusées.

Si le SIM est incontestablement un succès technique, son financement futur n'est pas assuré pour autant. En effet, le budget du SIM dépend entièrement des bailleurs de fonds regroupés au sein du programme de restructuration du marché céréalier (PRMC). Or, le PRMC vient d'annoncer le retrait de son soutien financier à la fin de 1999 et il n'est pas certain que le SIM soit perçu comme une priorité budgétaire par le gouvernement. C'est pourquoi, Michigan State University a soumis à l'USAID/Mali un projet de création d'un système d'information décentralisé des marchés agricoles (SIDMA) à partir de ressources locales.

RATIONALITÉ DU PROJET : Le Mali ne pourra atteindre une sécurité alimentaire durable sans une forte croissance économique, particulièrement dans les secteurs de l'agriculture et de l'agro-business(1) dont dépend la plupart des maliens pour leur survie. Les marchés agricoles évoluent rapidement en Afrique de l'Ouest et cette évolution reflète une demande accrue pour les produits agricoles y compris les produits nouveaux qui comprennent plus de valeur ajoutée. Pour que le secteur privé malien puisse répondre à ces changements dans la demande des produits agricoles, il doit avoir des informations fiables, opportunes et à moindre coût sur les opportunités de marché émergentes et la capacité d'utiliser ces informations pour les prises de décisions d'affaires. Afin de pouvoir se développer, le secteur privé a aussi besoin de politiques gouvernementales qui encouragent l'investissement privé et réduisent les coûts des transactions d'affaires. Simultanément, le gouvernement malien doit renforcer sa capacité d'analyse et de conception de politiques efficaces et de mesurer l'impact de telles politiques sur la croissance des secteurs alimentaire et agricole et sur la sécurité alimentaire.

L'USAID/Mali a déjà fait d'importantes contributions afin d'améliorer l'information sur les opportunités de marché disponibles pour le secteur privé et afin de réduire le coût des transactions d'affaire à travers le support de la mission de l'USAID au Système d'Information du Marché des Céréales (SIM) et des programmes de réforme des politiques économiques. Présentement, l'information publique sur les marchés agricoles au Mali est disponible grâce au SIM basé à l'OPAM et le service d'information du bétail basé à l'OMBEVI. Les maliens ont accès à des rapports (via la radio, la télévision et la presse écrite) sur les conditions du marché des céréales et du bétail dans le pays chaque semaine. Des rapports spéciaux du SIM donnent aux décideurs publics et privés des analyses des tendances de l'évolution des marchés.

Les systèmes d'information des marchés jouent un rôle important dans l'amélioration de l'efficacité des marchés de céréales et de bétail au Mali et augmentent le pouvoir de négociation des agriculteurs, des éleveurs et des consommateurs. En effet, il existe de fortes évidences selon lesquelles le SIM a contribué à la diminution des coûts de commercialisation et du développement de marchés de céréales et d'un secteur privé plus dynamiques. Cependant, des défis demeurent.

Ceux-ci incluent :

Le plan original du SIM, développé en 1988, prévoyait quelques-uns de ces défis. Ce que le plan de 1988 n'a pas prévu a été l'importante croissance de la liberté de presse, des entreprises indépendantes et des organisations de paysans et d'éleveurs qui a résulté de la démocratisation du Mali et le rôle croissant de ces organisations dans la commercialisation. Les développements économiques récents et les nouvelles opportunités qui apparaissent pour les paysans, les éleveurs et les entrepreneurs maliens après la dévaluation du franc CFA ont fait que, (a) améliorer les informations prospectives de marché (incluant l'information sur les nouvelles opportunités de marché et la prévision des prix à court terme) avec une emphase sur les opportunités commerciales régionales, et (b) renforcer la capacité analytique des paysans et des éleveurs afin d'augmenter leurs capacités à estimer les nouvelles opportunités de marché et à négocier avec leurs partenaires commerciaux, sont devenus plus importants pour le SIM et l'OMBEVI.

BUTS ET OBJECTIFS DU PROJET : Les buts de ce projet sont de promouvoir un système d'information décentralisé des marchés agricoles et alimentaires efficace, fiable et indépendant des bailleurs de fonds au Mali. Le projet vise aussi à renforcer la capacité des secteurs privé et public à utiliser les informations de marché de façon effective afin de promouvoir la croissance de l'agro-business et la sécurité alimentaire.

Les objectifs opérationnels du projet sont :

STRATÉGIE D'INTERVENTION : Le projet se déroulera en deux phases: une phase de conceptualisation et une phase d'exécution.

Phase de conceptualisation : Les activités de cette phase sont:

Phase d'exécution : Les activités de cette phase sont:

FINANCEMENT ET DURÉE : Le projet sera financé par l'USAID/Bamako à hauteur de 1,96 millions de dollars. La durée prévue est de trois ans.

MAÎTRE D'OEUVRE : Le projet sera exécuté par Michigan State University à travers l'Accord de Coopération entre l'USAID et le projet de Sécurité Alimentaire en Afrique de Michigan State University. L'Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture du Mali (APCAM) servira d'institution de tutelle au Mali. Michigan State University travaillera avec d'autres institutions maliennes comme l'université du mali, l'Institut d'Economie Rurale, le SIM et l'OMBEVI pour l'exécution du Projet.

Niama Nango Dembélé est professeur adjoint et John Staatz est professeur dans le Département d'Economie Agricole à Michigan State University (MSU). Dembélé est basé à Bamako, où il est coordinateur du Projet d'Appui au Système d'Information Décentralisé du Marché Agricole (PASIDMA).

1. Le terme agro-business est employé au sens large afin d'englober la production, la commercialisation, la transformation et l'approvisionnement en intrants par les grandes et petites entreprises et les exploitations agricoles familiales.