MSU Agricultural Economics  Research > Food Security III > Policy Syntheses > No. 48F

Un plan d'action pour renforcer les liens entre la croissance de la productivité agricole et l'amélioration de la nutrition infantile

par

James F. Tefft, John M. Staatz et Christopher L. Penders

To view this document in Adobe Acrobat format (66 Kb)

Accord de Coopération Sécurité Alimentaire II entre l'USAID, Bureau Global, Centre de Croissance Economique et de Développement Agricole, Division de l'Agriculture et de la Sécurité Alimentaire et le Département d'Economie Agricole de Michigan State University

CONTEXTE: Au cours des quinze dernières années, le secteur de l'agriculture au Mali a connu une croissance annuelle de 3.9%. Depuis la dévaluation du franc CFA en 1994, cette croissance est beaucoup plus rapide dans les secteurs du coton et du riz, avec des taux annuels de croissance supérieurs à 9%.

En dépit des tendances positives observées, des enquêtes nutritionnelles récentes semblent indiquer des niveaux alarmants de malnutrition chez les enfants. Selon l'Enquête Démographique et de Santé 1995/96, 30% des enfants maliens de 0 à 35 mois présentent une malnutrition chronique, 23% d'entre eux souffrent d'une malnutrition aiguë et 40% de ces mêmes enfants ont un poids insuffisant. Ces résultats montrent que le statut nutritionnel des enfants au Mali fait partie des plus bas parmi ceux de 20 pays de la sous région présentant des études comparables. La variation des taux de malnutrition chez les enfants n'est pas très significative d'une région à une autre, ni entre les zones urbaines et les zones rurales. D'autres sources de données sur les dix dernières années montrent des taux similaires, confirmant ainsi que la malnutrition infantile est un problème chronique et structurel.

Le paradoxe entre une persistance apparente de la malnutrition et une forte croissance agricole soulève des interrogations telles ques les actions nécessaires au renforcement des avantages de l'amélioration du statut nutritionnel par la croissance basée sur l'agriculture; ainsi que la relation qui existe entre l'augmentation de la production agricole et le renforcement de la sécurité alimentaire, mesuré en terme de statut nutritionnel des enfants de moins de 3 ans.

OBJECTIFS ET METHODES:

L'USAID/Mali, dans le cadre de ses objectifs stratégiques pour améliorer le bien être de la jeunesse malienne et au-delà la capacité productive de l'économie agricole malienne, démarre un projet de recherche - développement visant à appuyer les efforts actuels du Gouvernement de la République du Mali (GRM) destinés à réduire la malnutrition des enfants. L'Accord de Coopération II pour la Sécurité Alimentaire (Food Security II Cooperative Agreement) de l'Université de l'état du Michigan (MSU), en collaboration avec la Division Suivi de la Situation Alimentaire et Nutritionnelle (DSSAN) créée récemment à la Cellule de Planification et des Statistiques (CPS) du Ministère de la Santé (MSPAS) et l'Institut du Sahel (INSAH) vont assurer la coordination des activités de recherche terrain de ce projet.

Cette note constitue la première d'une série de bulletins à publier tout au long de la durée du projet afin de disséminer les principaux résultats et recommandations du projet. Cette première synthèse décrit les objectifs et le calendrier des activités du projet.

Le principal but du projet est:

Les activités de recherche-développement proposées vont se dérouler en deux phases:

ACTIVITES:

Phase I: Recherche d'exploration

La première phase de la recherche consiste d' une série d'étapes et sera menée conjointement par des chercheurs de MSU aussi bien basés sur le campus de MSU qu'à l'INSAH ainsi que des chercheurs de plusieurs ministères maliens et de l'Institut du Sahel.

Le résultat de la première phase de la recherche sera un rapport qui illustrera les connaissances sur les liens entre la production agricole et la malnutrition chez l'enfant au Mali, l'identification des zones d'ombre et une stratégie de recherche appliquée et de dissémination des résultats de la recherche pour combler ces lacunes. Le rapport, sur la base des résultats, aussi bien de la recherche préliminaire que de la recherche plus approfondie lors de la seconde phase, discutera de la manière dont les actions du programme devront être conçues pour pouvoir renforcer les effets positifs de la stratégie de croissance des revenus basée sur l'agriculture, sur le statut nutritionnel de l'enfant.

Les résultats de la première phase seront présentés au cours d'un atelier national prévu à Bamako au début de l'année 2000 et serviront de base pour le développement d'un plan de recherche-action pour la seconde phase du projet.

Phase II: Recherche approfondie et Plan d'action

La phase II d'une durée estimée à 18 mois, impliquera le développement et la mise en oeuvre des plans de recherche approfondie en vue de tester les principales hypothèses, la rédaction des rapports et des supports de dissémination pour présenter les résultats aux principaux décideurs politiques. En outre, sur la base de ces résultats, le développement de plans d'action et de programmes visant à améliorer la rentabilité nutritionnelle de la stratégie d'augmentation des revenus basée sur l'agriculture pourrait être envisagé.

Les travaux approfondis de la Phase II pourraient prendre en compte au moins une recherche au niveau ménages. Toutefois, il serait préférable que les éléments de ladite recherche soient intégrés dans des enquêtes en cours ou programmées par les institutions nationales comme la DNSI, l'IER, la CMDT et le Ministère de la Santé. A titre d'exemples, on pourrait inclure une composante anthropométrique dans les enquêtes en cours sur la production et/ou la commercialisation au niveau des exploitations agricoles ou ajouter des questions relatives à l'agriculture dans les enquêtes budget/consommation et mesures anthropométriques ou dans l'enquête sur les micro nutriments déjà programmée sur financement de la Banque Mondiale. Sans les résultats de la première phase, il est prématuré de spécifier un plan détaillé de recherche. Il est aussi possible, partant du rapport de la Phase I et des résultats préliminaires de la Phase II, de développer des plans d'action spécifiques pour améliorer le statut nutritionnel.

Le résultat général attendu est l'amélioration de la compréhension des liens entre la nutrition et la production agricole au Mali, devant conduire à la conception d'actions dans le domaine de la nutrition et de programmes de productivité agricole plus efficaces. Les résultats attendus de la Phase II vont inclure un rapport détaillé sur les relations entre la croissance de la production agricole et la nutrition ainsi que l'identification des stratégies pour améliorer les effets de la croissance des revenus par l'agriculture sur la nutrition de l'enfant. Ceci pourrait inclure par exemple les plans d'auto - taxation des revenus des agriculteurs au niveau de la commune en vue de financer des structures améliorées de santé et d'hydraulique et les programmes d'éducation nutritionnelle. Les principaux résultats seront disséminés dans des notes de synthèse et des réunions tout au long du projet avec les maliens et les décideurs des politiques des donateurs en vue d'obtenir un feed-back sur les orientations des travaux futurs.

*La production de cette note a été conduite dans le cadre de l'Accord de Coopération II pour la Sécurité Alimentaire (PCE-A-00-97-00044-00) « Food Security II Cooperative Agreement »  entre l'Université de l'état de Michigan (MSU) et l'Agence des Etats Unis pour le Développement International (USAID) à travers le Bureau de l'Agriculture et de la Sécurité Alimentaire du Centre de Croissance de l'Économie du Bureau Global (G/EGAD/AFS). Le financement supplémentaire pour cette recherche a été fourni à « FS II Cooperative Agreement »  par USAID/Mali.

Penders et Tefft sont spécialistes associés de l'Université de l'État de Michigan. Staatz est un Professeur et Co-directeur de  « FS II Cooperative Agreement ».  Les points de vue formulés dans ce document sont exclusivement ceux des auteurs.

Ce projet est coordonné conjointement par l'Université de l'état du Michigan (Michigan State University), l'Institut du Sahel (INSAH/CILSS) et la Division Suivi de la Situation Alimentaire et Nutritionnelle (DSSAN) de la Cellule de Planification et de la Statistique (CPS) du Ministère de la Santé (MS). Les autres institutions contribuant au projet sont l'Institut d'Economie Rurale (IER) et la Direction Nationale de la Statistique et de l'Informatique (DNSI). Le financement est assuré par USAID/Mali à travers l'Accord de Coopération II pour la Sécurité Alimentaire géré par le Bureau Global de l'USAID (G/EGAD/AFS).